Badia a Passignano - Chianti

SEARCH HOTELS


Arrival
Departure

 

Hotel in Florence
Hotel in Florence

Hotel a Firenze

 

B&B a Firenze

 

Info utile:

quelque information pratique pour Le Chianti en visite

Lisez Plus »

News

Customer Care

Customer Care


Badia a Passignano - Chianti

 

Badia a Passignano

Selon la tradition, Passignano aurait été le siège d’un village étrusque, puis ensuite, le siège d’un monastère durant le Moyen-Age. Toutefois, dans les documents historiques, le premier témoignage sur Badia a Passignano est présent dans un document du 9e siècle dans lequel est fait mention de la première construction de l’Abbaye, oeuvre d’un certain frère Soldani en 891.
Après une période de déclin, pendant laquelle l’Abbaye fut le siège d’un ordre séculier de sacerdoces, Badia a Passignano a reçu un nouvel essor vital grâce à San Giovanni Gualberto. En effet, le fondateur de l’ordre monastique des Vallombrosiens, passa justement les dernières années de sa vie sur les collines de Passignano. C’est là qu’il reçut la visite du pape Léon IX en route pour Florence, et c’est là qu’il mourut et fut enseveli le 12 juillet 1073.
Suite à ces évènements, l’Abbaye augmenta son influence sur les églises du voisinage ainsi que ses compétences,  au point de s’étendre sur une grande partie du territoire toscan.
En 1255, l’Abbaye fut saccagée par les adeptes de la famille florentine des Scolari. Seule l’église résista à l’attaque et le monastère fut reconstruit sur l’initiative de l’abbé Ruggero del Buondelmonti, qui le dota d’une excellente fortification, capable de résister à l’invasion organisée en 1312 par Henri VII du Luxembourg.
La puissance et la richesse de l’Abbaye augmenta en 1300 lors de l’annexion d’une partie des territoires du Valdipesa et du Chianti. Mais ce fut justement cette accroissement de richesse et les tensions politiques qui marquèrent la fin de l’indépendance. Laurent le Magnifique demanda le contrôle du monastère pour son fils Jean, et une fois reçue la permission du pape, il expulsa les abbés et les frères, qui se transférèrent au couvent de San Salvi.
En 1499, lorsque Léon X devint pape, le couvent retourna entre les mains des frères qui payèrent chaque année aux médecins un tribut de 200 écus.
Les moines Vallombrosiens furent les seuls propriétaires de la Badia a Passignano, jusqu’à ce que Napoléon dissout la confraternité e confisque les biens des congrégations ecclésiastiques.
Mis à part le monastère, on trouve également deux églises à Badia a Passignano: l’église de San Michele et de San Biagio.
San Michele est en forme de croix latine et elle a été modifiée plusieurs fois au cours des siècles, mais on peut y admirer encore aujourd’hui la crypte qui se trouve sous la partie centrale du transept.
La partie supérieure de l’impressionnant clocher a été reconstruite en 1800; la statue remarquable de l’Archange San Michele domine la façade. L’ange tient le globe dans une main, l’épée dans l’autre et s’apprête à défier Satan représenté par une forme de dragon ou de serpent. L’œuvre d’influence byzantine, a été attribuée à un certain Arriguccio qui fut hôte de l’abbaye au XII siècle.
L’intérieur est décoré par un chœur en bois du 16e siècle, oeuvre de Michele Confetto, par une statue de San Giovanni Gualberto attribuée à Giovan Battista Caccini et par une série de fresques de San Gualberto sur la voûte de la chapelle, représentant les scènes de la vie du Saint, oeuvre d’Alessandro Allori. La sacristie abrite un reliquaire d’orfèvrerie florentine contenant les restes du Saint..
Près de l’église de San Biagio, construite à cheval entre la période romane et la période gothique, on peut admirer de superbes fresques de l’école de Ghirlandaio.
La salle du réfectoire de l’ancien monastère, transformé en villa, abrite “Le Dernier Repas du Christ”, oeuvre de Ghirlandaio. On y trouve également des fresques de Stefano Rosselli inspirées par le Livre de la Genèse, mais aussi quelques oeuvres d’Antonio Filippelli sur la vie de San Benedetto di Filippo, puis dans la salle capitulaire une “Annonciation” de la fin du 15 eme siècle.


Les environs de Badia a Passignano:
Tavarnelle val du Pesa
San Donato in Poggio