San Gimignano - Chianti

SEARCH HOTELS


Arrival
Departure

 

Hotel in Florence
Hotel in Florence

Hotel a Firenze

 

B&B a Firenze

 

Info utile:

quelque information pratique pour Le Chianti en visite

Lisez Plus »

News

Customer Care

Customer Care


San Gimignano - Chianti

 

San Gimignano

Techniquement parlant, San Gimignano, la ville aux tours, ne fait pas partie de la zone du Chianti étant donné qu’elle se trouve à l’extrême sud-ouest de la région. Il est vrai que les cultures qui enrichirent la ville furent celles du safran et non pas de la vigne, mais il nous est impossible de ne pas mentionner San Gimignano, non seulement pour sa beauté, mais aussi pour son histoire et pour sa richesse qui augmenta au Moyen Âge, “l’âge d’or” du développement de nombreuses localités du Chianti. C’est pour ce parallélisme historique et culturel plus que pour sa situation géographique qu’il est impossible de ne pas citer San Gimignaono comme un des endroits à visiter dans la région du Chianti.
À San Gimignano, le temps semble s’être arrêté au XII siècle, le merveilleux siècle de Dante. C’est pendant cette période que la ville s’est enrichie et s’est développée pour compter 7000 habitants et 72 maisons-tours.
Les tours se construisaient au fur et à mesure qu’une famille s’enrichissait, ceci jusqu’au décret de 1253 qui interdit les constructions dépassant la hauteur de la maison communale. Contrairement à d’autres villes médiévales, y compris Florence, San Gimignano a pratiquement gardé sa configuration d’origine et l’intérieur des remparts de la ville date du Moyen-Âge avec ses maisons-tours, ses rues et ses deux places, la place civile et la place religieuse, se trouvant à une certaine distance l’une de l’autre..
La voie Franchigena, qui reliait le nord à Rome, traversait la ville du nord au sud, de la Porte San Matteo à la Porte San Giovanni. Sa situation, directement sur la route des pèlerins, a favorisé la construction de monastères et d’hospices. Elle a en outre favorisé le développement du commerce du safran et du marché financier, les deux moteurs qui ont fait prospérer la ville.
Parmi les différents édifices religieux dignes d’intérêt, on trouve l’église de San Bartolo, construite en 1173 dans la contrée de San Matteo, en tant qu’église de San Bartolo et San Matteo. L’église de San Bartolo al Tempio, datant du XII siècle, fut construite pour être rattachée à un hôpital qui fut ensuite intégré au monastère de San Girolamo. Enfin l’église de San Francesco, datant elle aussi du XIII siècle, était probablement dédiée à l’accueil des pèlerins.
La richesse économique a favorisé l’arrivée d’importants artistes dans la ville qui ont continué à y travailler même pendant la période du déclin; c’est pour cette raison que les édifices sacrés de la ville abritent des oeuvres de Barna da Siena, Bartolo di Fredi, Taddeo di Bartolo et de Benozzo Gozzi.
Les fresques de Benozzo Gozzi qui se trouvent dans l’église de Sant’Agostino sont particulièrement intéressantes, tout comme les oeuvres de Taddeo di Bartolo qui décorent la Collégiale.
La Collégiale (ou le Dôme) est un édifice antique (datant du X siècle) qui fut souvent rénové. La proximité des tours impressionnantes en diminue l’importance, bien que le grand escalier du XIII siècle avait le devoir de rendre le sens de l’humilité à la citoyenneté pendant la période du grand développement économique.
À l’intérieur on peut y admirer une série de cycles de peintures de grande importance, mais ce qui fait presque passer au deuxième plan tout le patrimoine ecclésiastique, c’est le Jugement Universel de Taddeo di Bartolo, où l’enfer est réalisé avec une  attention particulière aux détails.
À signaler, toujours à l’intérieur de l’église de la Collégiale, un des chefs-d’œuvre de la Renaissance toscane: la Chapelle de Santa Fina, oeuvre de Giuliano et Benedetto da Maiano.
En ce qui concerne les musées, le plus connu est certainement le musée de la torture, dont on voit la publicité un peu partout dans la ville et dans les provinces voisines, mais les musées les plus intéressants sont toutefois les musées civiques, situés à l’intérieur de la Maison Communale. C’est ici que sont rassemblés des pièces archéologiques datant de l’Âge de Bronze et des oeuvres d’art du Moyen-Âge.
Après avoir admiré toutes ces oeuvres à l’intérieur des églises et des édifices religieux, vous pourrez visiter le Musée d’Art Sacré et le curieux Musée de la Spezieria de Santa Fina à l’intérieur duquel on y trouve des documents, des accessoires et des meubles d’un laboratoire pharmaceutique du XVI siècle.